MUNICIPALES 2020 : les 10 propositions du Collectif Apprendre Ensemble pour lutter contre la ségrégation sociale et scolaire

Posté le Mis à jour le

Le système éducatif français figure parmi les pires au monde en matière de reproduction des inégalités sociales. La ville de Paris ne fait pas exception, souffrant même d’un niveau record de ségrégation scolaire.

Ce n’est pas une fatalité. Si notre système éducatif demeure national, de nombreux leviers permettant de combattre ce fléau peuvent être activés à l’échelle locale.

Les mairies d’arrondissement et la mairie centrale décident de la sectorisation et de l’affectation en premier cycle, de l’allocation des frais d’investissement et de fonctionnement des établissements, et enfin participent à la sectorisation et au financement des collèges.

En prenant ces pouvoirs comme point de départ, nous avons identifié dix initiatives susceptibles d’enrayer ce phénomène néfaste et pouvant être lancées au lendemain des élections municipales. Nous appelons tous les candidats à la mairie à les adopter dans leur programme et à s’engager à les mettre en œuvre dans les plus brefs délais. 

Ces idées sont volontairement transpartisanes. L’heure est trop grave pour les querelles politiques. Notre adversaire à tous est la ségrégation scolaire. 

Pour le bien de nos quartiers, de notre ville et plus largement de la République, nos enfants doivent apprendre, grandir et rêver ensemble, pas séparément. 

Nos 10 propositions


1

Mettre la lutte contre la ségrégation sociale et scolaire au cœur du projet éducatif de la municipalité et des missions de l’équipe municipale. Évaluer chaque année les progrès réalisés pour atteindre cet objectif grâce à des indicateurs communs.

2

Réaliser et rendre publique une cartographie précise des zones fortement ségréguées à partir des données de l’académie et des territoires concernés :
– comparatif entre les compositions des secteurs et des établissements privés et publics 
– calcul des flux d’élèves intra et inter établissements 
– mesure de l’évitement public-public et public-privé.

3

À partir de ce diagnostic précis, établir un plan d’action réellement adapté à chaque zone. Rendre public ce plan d’action détaillé et les indicateurs de suivi correspondants.

4

Mettre en oeuvre dès la première année du mandat le plan d’action établi, en y affectant les moyens humains et financiers nécessaires et en s’inspirant des actions et dispositifs déjà engagés en France ou ailleurs (modification de la carte scolaire pour redessiner et rééquilibrer la sectorisation, secteurs multi-établissements, fermeture et ou construction d’établissements)1 .

5

Mettre en place une instance tripartite au sein de l’équipe municipale – mairie / rectorat / représentants de parents d’élèves élus – chargée du suivi de la mise en oeuvre du plan d’action et habilitée à prendre des décisions nécessaires pour sa réalisation. Cette instance devra établir annuellement et rendre public l’état d’avancement du plan d’action détaillé et des indicateurs associés.

6

Inclure les établissements privés du secteur dans la cartographie et le plan d’action, de manière à assurer leur contribution à la lutte contre les ségrégations scolaire et sociale. Ceci pour mettre fin à la discrimination et la sélection des élèves pratiquées par certains établissements malgré la loi.

7

Engager une politique ambitieuse d’activités périscolaires dans les établissements les plus défavorisés de manière à les rendre plus attractifs, en leur attribuant :
– des moyens supplémentaires
– en priorité les personnels les plus qualifiés
– la priorité dans le choix des associations habilitées à intervenir après avoir répondu à un appel d’offre.

8

Réorganiser le fonctionnement des services municipaux chargés de l’entretien et de la rénovation des bâtiments scolaires :
– de manière à ce que l’ensemble des travaux puissent être réalisés dans des délais cadrés, en respectant les obligations réglementaires et la sécurité des élèves
– en assurant un suivi en temps réel de toutes les demandes déposées par les directions des établissements.

9

Engager une politique de valorisation des établissements d’enseignement publics en créant un nouveau poste dédié, qui serait chargé : 
– d’accompagner les établissements dans leur communication interne et externe : sites web, blogs, réseaux sociaux, affichage
– de créer et alimenter une plate-forme municipale relayant toutes les bonnes pratiques et initiatives prises au sein des établissements, pour que les équipes pédagogiques, parents et élèves puissent s’en inspirer
– d’organiser un forum annuel des écoles et collèges publics au sein de la mairie d’arrondissement
Ceci pour informer les parents et futurs parents des activités et des projets réalisés.

10

Réunir au moins 3 fois par an l’équipe municipale, des représentants des élèves, des parents et des équipes pédagogiques des établissements pour co-construire la politique publique éducative, afin de réaliser des projets utiles et souhaités par tous. Ceci en complément de la présence requise des représentants de la municipalité au sein des conseils d’école ou d’établissements.

1 voir le recensement réalisé par l’Observatoire parisien de la mixité et de la réussite éducative (OPMIRE) lors du colloque du 17 mai 2019 à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *