Presse et Média

La citoyenneté fait école! (L’Humanité.fr)

Posté le Mis à jour le

Accueil

Jérôme Decuq, lui, n’est pas un fanatique du virtuel. Ce parent d’élève choisit plutôt le local, la proximité, le contact direct. Il est à l’origine de la création récente d’une association Apprendre ensemble dans le 18e arrondissement. Il y a un moment que l’idée trotte dans sa tête. Faire quelque chose de concret pour la mixité dans les écoles. Lui habite depuis quinze ans près de la rue du Poteau. Ses deux enfants sont scolarisés à deux pas. «J’habite là, je scolarise là mes enfants.» Il a vu le quartier changer. Se gentrifier. Bref, il a vu arriver de nouveaux habitants remplaçant de plus pauvres. Ce constat ne l’enchante guère. Encore moins les regards souvent portés par des parents sur les écoles du voisinage : «Je comprends les inquiétudes, le diplôme et la réussite scolaire ont pris une telle importance, mais je m’aperçois qu’une rumeur peut défaire aussi vite qu’elle l’a faite la réputation d’un établissement.»
Pas facile de combattre la peur, le sentiment «de sacrifier ce que l’on a de plus cher, explique-t-il, mais, là, on arrive à des situations ubuesques». Il évoque des enfants à qui on apprend à mentir sur leur adresse, d’autres soumis à des longs trajets. «Il faut s’interroger sur la société que nous construisons. Ghetto de riches, ghetto de pauvres, aucun n’est bon. L’entre-soi fait des ravages.» Lui enseigne l’anglais dans un lycée technique dans la banlieue nord de Paris, l’un de ceux où les élèves considèrent qu’on ne veut pas d’eux ailleurs.

En savoir plus…

Mixité scolaire, le combat des mères sort du quartier (Libération)

Posté le Mis à jour le

liberation

Montpellier. Elles réclamaient des «petits blonds» dans les écoles du Petit Bard : quatre mois après, leur lutte essaime dans le reste de la France. «Libération» est retourné auprès de ces femmes qui, malgré leur mobilisation, attendent toujours des résultats concrets.

Elles ont aussi profité de cette (…) escapade parisienne pour organiser au pied levé un «café républicain» avec d’autres collectifs de riverains, comme Apprendre ensemble, qui fait ses premiers pas dans le XVIIIe arrondissement à Paris. «On poursuit le même objectif : rendre concrète la mixité sociale», explique Jérôme Decuq, à l’origine de ce collectif. Il sourit. «Elles ont la pêche ces mères ! A côté de chez moi, j’ai les mêmes, à ceci près qu’elles n’ont pas l’accent du Sud.» Il est convaincu qu’il ne faut pas attendre que ça vienne d’en haut, du ministère. «Si, au niveau local, les gens se mobilisent collectivement, si ensemble on laisse les enfants dans l’établissement de secteur, ça va marcher. Ça marche !»

En savoir plus…

Liberté, égalité, mixité (Le Lab Afev)

Posté le Mis à jour le

Le think and do tank de l'innovation sociale et solidaire

“si nos enfants vont tous ensemble dans leur collège de quartier, les craintes liées à l’absence de mixité disparaîtront”

 

Liberté, égalité, mixité, deux initiatives à suivre:

Au nord-ouest de Montpellier, les mères voilées du quartier du Petit Bard, celles que les autorités n’attendaient pas, se battent pour que des « petits blonds » reviennent dans le collège du quartier, devenu « le collège des Marocains ». Elles ne veulent pas, mais pas du tout, de « l’entre-soi ethnique » évoqué plus haut : « le sentiment d’appartenance à la République ne peut pas se construire dans un ghetto », disent Sabia Habsaoui, Fatiha Ait Alla et les autres.

Dans le 18ème arrondissement de Paris, c’est pour faire l’autre bout du chemin que s’est créé le collectif « Apprendre ensemble ». Refusant de se résoudre à ce que les collèges publics de leur quartier soient fuis par les familles aisées (notamment vers le privé), des parents ont décidé d’« aller à l’encontre du discours anxiogène trop souvent répandu : ce n’est pas sacrifier nos enfants que de les scolariser dans les établissements de secteurs ». Et pour cela, ils ont une conviction simple : « si nos enfants vont tous ensemble dans leur collège de quartier, les craintes liées à l’absence de mixité disparaîtront ».

En savoir plus…

Complément d’enquête sur la mixité à l’école

Posté le Mis à jour le

Jeudi 18 juin a été diffusé un reportage de “Complément d’Enquête” qui présente notamment le mouvement des parents du Petit Bard à Montpellier pour plus de mixité sociale dans les écoles.

Nous sommes en contact avec ces mères d’élèves depuis la conférence du CNESCO (où nous étions rencontrés à l’atelier “Comment rendre les parents acteurs de la mixité?”).

Depuis elles nous ont invités (Denis et Jérôme) à aller le 11 juin avec elles au Grand Journal à Canal+ qui les recevait, ce qui nous a permis de passer l’après-midi avec elles et d’échanger sur nos expériences et nos objectifs. Elles étaient une dizaine, très sympathiques, dynamiques, motivées, et surtout déterminées à changer les choses pour tous les enfants de la République.

Elles nous ont également permis d’entrer en contact avec d’autres associations de région parisienne qui s’associent à leur combat.

Pour voir le reportage (à partir de la 25ème minute):

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-du-jeudi-18-juin-2015_947293.html

Pour s’informer sur leurs actions (elles postent par ailleurs énormément de liens intéressants sur le sujet):

 http://soutienparentspetitbard.fr/

A Montpellier, des parents se mobilisent pour réclamer de la mixité

Posté le Mis à jour le

Dans le quartier du Petit Bard, à Montpellier, à contre courant des images de repli communautariste relayées par certains, des mères d’origine maghrebine se mobilisent pour que tous les enfants quelque soit leur origine sociale ou culturelle puissent grandir ensemble à l’école:

http://www.lindependant.fr/2015/05/08/j-aimerais-bien-rencontrer-des-blancs-a-montpellier-au-petit-bard-on-veut-de-la-mixite,2027953.php