Les réponses de Myriam El Khomri à notre questionnaire

Posté le Mis à jour le

LES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE DU COLLECTIF APPRENDRE ENSEMBLE
 DE MYRIAM EL KHOMRI, CANDIDATE DU PARTI SOCIALISTE
AUX LÉGISLATIVES DANS LA 18ème CIRCONSCRIPTION

Selon vous, quelles mesures faut-il prendre pour lutter contre la forte ségrégation sociale qui existe dans les établissements scolaires du 18e arrondissement ?

Il faut développer la mixité dans les logements pour derrière développer la mixité scolaire. Mais il ne suffit de mélanger des personnes d’origine sociale diverse pour attendre les objectifs de mixité scolaire. La mixité scolaire est davantage un processus en dynamique permanente qui tient compte, à mes yeux, de plusieurs facteurs : le projet pédagogique, la stabilité des équipes éducatives, l’implication des parents, le lien avec le tissu associatif local, c’est

à dire le lien entre le dedans et le dehors, l’intermédiation que peuvent jouer les associations et les éducateurs de rue pour impliquer davantage les parents sur le suivi scolaire de leurs enfants. La confiance dans un établissement scolaire et son équipe ne se décrète pas, mais se construit sur le long terme.

Quel regard portez-vous sur l’expérimentation des secteurs multi-collèges dans le 18è arrt ?

C’est un objectif important que j’ai moi même porté en tant que Secrétaire d’Etat à la Politique de Ville avec Najat Vallaud Belkacem, ministre de l’Education Nationale. Je me réjouis des moyens supplémentaires obtenus pour la rentrée 2017 afin de renforcer l’attractivité des établissements.

Néanmoins, la méthode de co-construction avec les parents n’a pu être mise en place en raison de délais trop serrés, ce qui est regrettable.

Dans les territoires où l’évitement crée une ségrégation inacceptable, l’État pourrait imposer aux parties concernées d’agir. Qu’en pensez-vous ?

L’Etat agit déjà pour renforcer l’attractivité d’établissement, notamment en éducation prioritaire. Le projet pédagogique de l’établissement, la fidélisation des équipes et le lien avec les parents est essentiel, mais ces questions qui reposent sur la confiance créée et l’image des établissements doivent se traiter en amont des rentrées et les établissements doivent s’ouvrir largement aux parents (dès la crèche pour préparer l’entrée en petite section, et dès la grande section de maternelle pour préparer l’entrée en CP…..)

Selon vous, l’enseignement privé devrait-il être soumis à des règles pour accueillir des élèves d’une plus grande diversité sociale et scolaire ? Si oui, comment ? Sinon, pourquoi ?

Oui bien sûr, à partir du moment où les établissements du privé reçoivent des fonds publics. Il faut continuer à échanger et à avancer en les incitant à se mettre autour de la table.

Quelle priorité accorderez-vous à ces problématiques dans votre action au sein de l’Assemblée nationale ?

Je me suis en tant que ministre de l’emploi et du travail beaucoup mobilisée autour du développement de l’apprentissage et l’accès aux qualifications des jeunes sortis prématurément du système scolaire. Je continuerai à suivre ces questions et à défendre le budget de l’Education Nationale pour qu’il reste une priorité.

Quelles actions envisagez-vous ?

  • Maintien du dispositif plus de maitres que de classes
  • Développement de l’accompagnement scolaire
  • Mieux investir dans l’orientation
  • Impliquer beaucoup plus les parents
  • Développer le dispositif de réussite éducative et les places en internat pour certains élèves volontaires en situation de mal logement
  • Mieux gérer les exclusions
  • Soutenir des actions comme le café des parents de l’école Labori avec ATD Quart Monde….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *