Non classé

Invitation des adhérents à l’Assemblée Générale du Collectif Apprendre Ensemble

Posté le Mis à jour le

IMG_20160123_111028

Une troisième année d’actions

Pour faire le point sur sa troisième année d’activités et préparer la quatrième avec vous, le Collectif Apprendre Ensemble invite ses adhérents(es) et futurs(es) adhérents(es) à son Assemblée Générale annuelle qui aura lieu :
 
Samedi 9 juin 2018
à 10h00
à La Maison Bleue,
24 avenue de Porte Montmartre, Paris 18e

Ordre du jour

Après une année particulièrement chargée, avec, outre les actions locales des membres du collectif dans leurs réseaux d’écoles, les rencontres avec les élus et l’organisation des seconds États-Généraux de L’Éducation dans les quartiers populaires, il est temps de nous retrouver pour :
 
• faire le bilan de l’année (rapport d’activité et bilan comptable).
• réfléchir ensemble à nos prochaines actions et priorités (travaux entre parents des mêmes établissements ou d’établissements voisins, avec d’autres collectifs parisiens ou en dehors de Paris)
• discuter du fonctionnement / des moyens de l’association
• élire le nouveau bureau de l’association.
 
Ce sera également l’occasion de se rencontrer, d’échanger et de passer un moment convivial à travers le projet qui nous anime tous.
 Venez avec vos idées, vos propositions et pourquoi pas, avec des amis qui souhaiteraient nous rejoindre…
Pour faciliter l’organisation de cette AG, nous vous remercions de bien vouloir signaler votre venue à contact@collectif-apprendre-ensemble.fr
Chacun peut amener jus, viennoiseries, biscuits etc. à partager !
Le bureau du Collectif Apprendre Ensemble
 
PS : pour ceux qui souhaitent devenir adhérents -> c’est par là !
😉

Communiqué de presse à l’issue des États-Généraux de l’Éducation dans les quartiers populaires à Créteil

Posté le Mis à jour le

Le comité d'organisation de États-Généraux de l'éducation dans les quartiers populairesLes deuxièmes États-Généraux  de l’Éducation  dans les quartiers populaires organisés le 7 et 8 avril 2018 à Créteil ont accueilli des parents, acteurs, chercheurs de Toulouse, Montpellier, Marseille, Limoges, Grenoble, Paris, Metz, Stains, La Courneuve… et même de Belgique. Seul Absent et à notre grand regret le ministère de l’Éducation Nationale qui au vu du constat unanime des participants aurait pu saisir l’urgence sociale à agir.

Ces deuxièmes États-Généraux de l’Éducation confirment l’absolue nécessité de la mise en oeuvre d’une réelle politique de lutte contre  les inégalités et ségrégations scolaires dans les quartiers populaires.

Pour le moment, le gouvernement, hormis les classes à 12 élèves dans les REP/REP+,  n’a pris aucune mesure significative en direction des quartiers populaires. Dans le même temps, on a vu le retour des options (bilangues, européennes, latin) qui accentuent les pratiques d’évitements et contribuent à ségréguer un peu plus certains établissements. L’obligation de scolarisation à 3 ans envisagée permettra de financer le privé, qui pourra accroitre son offre et ainsi continuer à participer à la dégradation du service public d’éducation.

Un cahier de doléances avec des préconisations issues des EGE sera prochainement présenté au Ministère, nous voulons faire de la promesse républicaine une réalité. Nous ne perdons pas de vue les ambitions de Victor Hugo: la liberté c’est un droit, l’égalité c’est un fait et la fraternité c’est un devoir.

Au vu de la situation désastreuse, nous proposons un plan national de lutte contre la ségrégation scolaire et pour l’égalité à l’école. D’une part, il est important de légiférer par une loi sur l’égalité à l’école qui donnera de réels moyens pour lutter contre les ségrégations scolaires (du type loi SRU), une proposition avec des points précis sera faite en ce sens.

D’autre part, des préconisations seront faites pour une meilleure répartition des moyen humains et financiers, qui prenne en compte  toutes les défaillances constatées aux deux États Généraux de l’éducation dans les quartiers populaires.

Le comité d’organisation des Etats Généraux de l’Education dans les quartiers populaires

Retrouvez le dossier de presse complet des #EGEDQP2018

Réunion d’information à la mairie du 18e sur la mixité scolaire

Posté le Mis à jour le

Image fcpe
L’union locale FCPE, la Mairie du 18ème et le RIF (relais info famille) organisent ce samedi 31 mars une réunion d’information sur la mixité scolaire, destinée à tous les parents d’élèves du quartier. 

L’objectif de cette réunion est de faire l’état des lieux de la mixité dans les collèges parisiens ainsi qu’un premier bilan des expérimentations menées actuellement dans le 18ème et d’échanger autour du devenir et du suivi des expérimentations.

Le Collectif Apprendre Ensemble y sera bien sûr présent : venez nombreux discuter et poser vos questions !

 

Cette réunion se déroulera

à 9 heures dans la salle des fêtes

Mairie du 18ème
1, Place Jules JOFFRIN
métro : Jules Joffrin

Entrée libre.

Présentation de la matinée :

La question de la mixité sociale et scolaire a été largement médiatisée durant l’année 2016 suite à la publication d’une tribune de Thomas PIKETTY dans le journal « Le Monde » (basée sur l’étude de Julien GRENET) dénonçant la forte ségrégation entre les familles dites favorisées et défavorisées dans les collèges parisiens, générant un système de ghettoïsation.
Les médias ont ensuite relayé des articles sur la mise en place des premières expérimentations, informations parfois techniques, polémiques et incomplètes. Force est de constater que l’information sur la mixité sociale est parcellaire, réservée aux comités de suivi des expérimentations (dans le cadre du travail entre représentants des écoles et l’éducation nationale). Pire : les rumeurs, les fakes news se propagent auprès des parents. Il est donc important que les parents d’élèves puissent être informés, objectivement, au niveau de leur secteur mais aussi plus globalement sur ce qui se passe sur Paris et au niveau national. C’est
pour cela que la FCPE du 18ème organise une réunion d’information générale sur la mixité sociale et scolaire.

Grâce aux différents spécialistes, intervenants de la mixité sociale comme Julien GRENET (Professeur chargé de recherche au CNRS), Agnès van ZANTEN ( Directrice de recherche au CNRS, sociologue et professeure à Sciences Po) mais aussi aux représentants du rectorat de Paris, Antoine DESTRES ( Directeur Académique des services de l’éducation nationale) et aux élus de la ville de Paris, nous allons présenter un état des lieux, réactualisé, de la mixité dans les collèges parisiens, évoquer la question « de la stratégie parentale », examiner les premiers bilans des expérimentations dans notre arrondissement et solliciter les principaux acteurs concernant le devenir et suivi de ces expérimentations.

Laurent Boulanger (président de l’union locale FCPE du 18ème).

Intervenants

Julien GRENET
chargé de recherche au CNRS, Professeur associé à l’Ecole d’économie de Paris.

Agnès VAN ZANTEN
sociologue, directrice de recherche au CNRS et professeure à sciences Po Paris.

Antoine DESTRES
directeur académique des services de l’éducation nationale

Philippe DARRIULAT
maire-adjoint aux affaires scolaires du 18ème

Guillaume DELMAS
Conseiller de Patrick BLOCHE, adjoint à la Maire de Paris

 

Invitation à la réunion FCPE sur la Mixité sociale [pdf, 967 K0]

Le CAE aux États-Généraux de l’éducation dans les quartiers populaires les 7 et 8 avril

Posté le Mis à jour le

visuel_EGEFFR, PARENTS, Pacte 34, Espoir 34, le Collectif Apprendre Ensemble et le Collectif du Petit-Bard Pergola ont le plaisir de vous inviter aux seconds États-Généraux de l’éducation dans les quartiers populaires !

Les États-Généraux de l’éducation dans les quartiers populaires ont pour ambition de réunir l’ensemble des acteurs de l’éducation – associations, parents, professeurs – avec l’appui de chercheurs, experts, représentants des pouvoirs publics sur les problématiques liées à l’éducation, en vue de co-construire des solutions pertinentes.

2 jours de conférences, tables-rondes, ateliers, et une soirée festive pour l’égalité et la mixité !

Cet événement est à l’initiative de l’union de plusieurs associations et collectifs implantés sur l’ensemble du territoire et dans des quartiers dits populaires. Nous avons pour objectif de trouver des solutions viables et pérennes pour favoriser la mixité sociale à l’école, agir en faveur de l’égalité pour tous, lutter contre les discriminations scolaires et favoriser l’inscription citoyenne de tous les enfants dans leur République.

Nous espérons que ces États-Généraux nous permettrons d’engager une dynamique constructive locale et nationale pour chercher, trouver, proposer, co-construire des solutions viables et pérennes visant à favoriser partout la cohésion sociale et combattre les phénomènes ségrégatifs.

Programme détaillé a télécharger {pdf, 238 Ko)

 

Informations pratiques

Samedi 7 et dimanche 8 avril 2018
Maison des Syndicats
11, rue des Archives
94000 CRÉTEIL

Plan d’accès

Métro : Ligne 8, arrêt Créteil-Préfecture

 

Contacts

Contact pour les États Généraux de L’éducation dans les quartiers populaires
nouscontacter.ege@gmail.com
téléphone : 06 22 16 40 29

Une galette GÉANTE samedi 27 au Bar commun pour fêter l’année avec le Collectif Apprendre Ensemble

Posté le

 

La galette géante dévorée au square en janvier 2017 !
La galette géante dévorée au square en janvier 2017 !

Parents et enfants des écoles et collèges du 18e, le Collectif Apprendre Ensemble vous invite à vous retrouver autour d’une GALETTE FESTIVE GÉANTE !

SAMEDI 27 JANVIER À 16H
au BAR COMMUN *
135, rue des Poissonniers 75018 Paris

Pour fêter la nouvelle année et notre tribune dans Libération du 17 janvier,

Pour que la mixité sociale de notre quartier se reflète dans ses établissements et dure tout au long de la scolarité de nos enfants car elle favorise la réussite de tous,

Pour nous rencontrer et échanger à propos de vos enfants et de leurs écoles,

RENCONTRONS NOUS ET PARLONS DES ACTIONS À MENER ENSEMBLE !!

 

*Le Bar Commun est un bar associatif qui a pour objectif de redonner le goût d’être ensemble, agir ensemble et penser ensemble… c’est dire si nous avons des points communs  !!

Une tribune du Collectif Apprendre Ensemble et un dossier dans Libération du 17 janvier 2018

Posté le Mis à jour le

Dans le XVIIIe arrondissement de Paris, en décembre 2016
Dans le XVIIIe arrondissement de Paris, en décembre 2016. Photo Cyril Zannettacci pour Libération

L’année commence fort : Libération consacre un dossier complet au sujet de la mixité et de la ségrégation scolaire, en abordant les logiques d’évitements, les dilemmes des parents et les inquiétudes sur le niveau ou le climat scolaire dans les quartiers mixtes ou défavorisés.

L’article principal, “Les parents déchirés par l’école“, est signé de Michel Becquembois (dont vous vous souvenez peut-être de l’adresse “A mes amis qui trichent avec la carte scolaire“).

Un entretien avec Eric Maurin, économiste et directeur d’études à l’EHESS, qui  dénoue les liens entre réputation, climat scolaire et résultats : “Quand on compare aujourd’hui les destins de personnes de générations similaires selon leur région d’origine, on constate que celles qui ont grandi avec le collège unique, dans un système beaucoup plus mixte socialement, ont aujourd’hui de meilleures carrières avec des salaires plus élevés. ”

Enfin, le dossier fait la part belle à notre Collectif, avec une tribune “Laisser les enfants apprendre ensemble dans leur quartier” que nous vous encourageons à lire et à partager, bien sûr !

Un billet extrêmement pertinent sur l’évitement à Paris

Posté le Mis à jour le

Un billet par Michel Becquembois, rédacteur en chef adjoint à Libération et fin observateur des moeurs parisiennes (que l’on retrouve malheureusement un peu partout ailleurs en France)…

C’est ici: http://www.liberation.fr/debats/2017/09/18/a-mes-amis-qui-trichent-avec-la-carte-scolaire_1597237

Les réponses de Myriam El Khomri à notre questionnaire

Posté le Mis à jour le

LES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE DU COLLECTIF APPRENDRE ENSEMBLE
 DE MYRIAM EL KHOMRI, CANDIDATE DU PARTI SOCIALISTE
AUX LÉGISLATIVES DANS LA 18ème CIRCONSCRIPTION

Selon vous, quelles mesures faut-il prendre pour lutter contre la forte ségrégation sociale qui existe dans les établissements scolaires du 18e arrondissement ?

Il faut développer la mixité dans les logements pour derrière développer la mixité scolaire. Mais il ne suffit de mélanger des personnes d’origine sociale diverse pour attendre les objectifs de mixité scolaire. La mixité scolaire est davantage un processus en dynamique permanente qui tient compte, à mes yeux, de plusieurs facteurs : le projet pédagogique, la stabilité des équipes éducatives, l’implication des parents, le lien avec le tissu associatif local, c’est

à dire le lien entre le dedans et le dehors, l’intermédiation que peuvent jouer les associations et les éducateurs de rue pour impliquer davantage les parents sur le suivi scolaire de leurs enfants. La confiance dans un établissement scolaire et son équipe ne se décrète pas, mais se construit sur le long terme.

Quel regard portez-vous sur l’expérimentation des secteurs multi-collèges dans le 18è arrt ?

C’est un objectif important que j’ai moi même porté en tant que Secrétaire d’Etat à la Politique de Ville avec Najat Vallaud Belkacem, ministre de l’Education Nationale. Je me réjouis des moyens supplémentaires obtenus pour la rentrée 2017 afin de renforcer l’attractivité des établissements.

Néanmoins, la méthode de co-construction avec les parents n’a pu être mise en place en raison de délais trop serrés, ce qui est regrettable.

Dans les territoires où l’évitement crée une ségrégation inacceptable, l’État pourrait imposer aux parties concernées d’agir. Qu’en pensez-vous ?

L’Etat agit déjà pour renforcer l’attractivité d’établissement, notamment en éducation prioritaire. Le projet pédagogique de l’établissement, la fidélisation des équipes et le lien avec les parents est essentiel, mais ces questions qui reposent sur la confiance créée et l’image des établissements doivent se traiter en amont des rentrées et les établissements doivent s’ouvrir largement aux parents (dès la crèche pour préparer l’entrée en petite section, et dès la grande section de maternelle pour préparer l’entrée en CP…..)

Selon vous, l’enseignement privé devrait-il être soumis à des règles pour accueillir des élèves d’une plus grande diversité sociale et scolaire ? Si oui, comment ? Sinon, pourquoi ?

Oui bien sûr, à partir du moment où les établissements du privé reçoivent des fonds publics. Il faut continuer à échanger et à avancer en les incitant à se mettre autour de la table.

Quelle priorité accorderez-vous à ces problématiques dans votre action au sein de l’Assemblée nationale ?

Je me suis en tant que ministre de l’emploi et du travail beaucoup mobilisée autour du développement de l’apprentissage et l’accès aux qualifications des jeunes sortis prématurément du système scolaire. Je continuerai à suivre ces questions et à défendre le budget de l’Education Nationale pour qu’il reste une priorité.

Quelles actions envisagez-vous ?

  • Maintien du dispositif plus de maitres que de classes
  • Développement de l’accompagnement scolaire
  • Mieux investir dans l’orientation
  • Impliquer beaucoup plus les parents
  • Développer le dispositif de réussite éducative et les places en internat pour certains élèves volontaires en situation de mal logement
  • Mieux gérer les exclusions
  • Soutenir des actions comme le café des parents de l’école Labori avec ATD Quart Monde….

Les réponses de Béatrice Faillès à notre questionnaire

Posté le Mis à jour le

LES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE DU COLLECTIF APPRENDRE ENSEMBLE
 DE BEATRICE FAILLES, CANDIDATE LA REPUBLIQUE EN MARCHE
AUX LÉGISLATIVES DANS LA 17ème CIRCONSCRIPTION

(Les réponses nous ont été envoyées par mail, mais sans l’entretien préalable qui nous permet d’expliciter les différentes questions posées, et notamment de présenter les compositions de collèges et secteurs du 18ème, ainsi que du privé parisien, comme nous l’avons fait avec les autres candidats)

Selon vous, quelles mesures faut-il prendre pour lutter contre la forte ségrégation sociale qui existe dans les établissements scolaires du 18e et 19e arrondissement ?

J’ai fait de la cohésion sociale et du bien-vivre ensemble la clef de voute de mon programme et de mon engagement, la mixité sociale en est un des piliers.

Force est de constater que la mixité sociale, cela commence dès l’école. Nos quartiers sont situés en réseaux d’éducation prioritaires et pourtant de larges disparités subsistent, notamment en termes de réussites aux examens nationaux :  par exemple, les taux de réussite au brevet des collèges sont parfois inférieurs de plus de 20 points à la moyenne nationale. Ces écarts amplifient l’isolement de ces établissements qui se trouvent alors stigmatisés. Ces inégalités apparaissent dès l’école primaire et le collège échoue trop souvent à les corriger.

Le projet que je porte, avec le Président de la République,  a pour seul objectif de remettre de l’excellence dans toutes les écoles de la République, et pour cela, certains territoires doivent nécessairement bénéficier de plus de moyens :

  • Diviser, sans attendre, par deux les classes de CP et CE1 dans les zones prioritaires,
  • Accentuer l’accompagnement scolaire du CP à la troisième, en organisant des stages de remises à niveau pour les élèves les plus en difficultés,
  • Affecter sur ces zones prioritaires des enseignants plus expérimentés et mieux rémunérés.
  • Renforcer l’autonomie des établissements leur permettant ainsi de développer des projets pédagogiques innovants, et spécifiques qui les rendront d’autant plus attractifs.Voilà quatre mesures pragmatiques dont l’objectif est de ne laisser personne au bord de la route. Nous avons une obligation de résultats envers nos écoliers, et les moyens spécifiques à chaque situation doivent être en adéquation avec cet objectif. La mixité sociale ne se décrète pas mais se construit en rendant attractives nos écoles et en ramenant de la confiance à ceux qui pourraient être tentés par l’évitement.J’ajouterai que la problématique de la “ségrégation sociale” n’est pas qu’une seule question de l’éducation. L’enjeu est plus large: il implique aussi bien l’urbanisme que la politique de la ville pour la défense du bien-vivre dans nos quartiers. C’est pourquoi nous avons besoin une politique urbaine ambitieuse pour  :
  • rendre de l’attractivité à nos quartiers,
  • y améliorer la qualité de vie pour que celle-ci soit comparable à celle des autres quartiers de Paris,
  • mettre davantage de moyens dans les infrastructures publiques pour répondre aux besoins spécifiques de nos quartiers.

Quel regard portez-vous sur l’expérimentation des secteurs multi-collèges dans le 18è arrt ?

Il est à cette heure trop tôt pour rendre un avis définitif sur cette expérimentation sur laquelle nous n’avons qu’un an de recul et ne concerne que 6 établissements.

On peut cependant regretter que les données statistiques avancées par le ministère de l’éducation nationale pour justifier cette expérimentation soient restées opaques et non chiffrées, le Rectorat refusant de diffuser la composition sociale des collèges, protégée par le secret statistique.

De plus, les directeurs d’établissement, les enseignants et les parents d’élèves ont été mis devant le fait accomplis sans pouvoir prendre part à une concertation sur un sujet extrêmement sensible pour chacune des parties aboutissant à des incompréhensions et des blocages.

C’est avec transparence et concertation, en impliquant tous les acteurs, que chaque initiative concernant les établissements doit être prise après un diagnostic précis et au cas par cas. De la même façon, cette initiative devra être évaluée par l’ensemble des parties (et éventuellement corrigée) tout au long de son application.

C’est le sens du programme que je soutiendrai et qui vise, notamment, à renforcer un lien de confiance renouvelé par une plus grande place donnée à l’échange avec les parents au sein des écoles.

Dans les territoires où l’évitement crée une ségrégation inacceptable, l’État pourrait imposer aux parties concernées d’agir. Qu’en pensez-vous ?

L’État doit être avant tout un facilitateur d’initiative individuelle ou collective visant à rétablir un équilibre dans nos quartiers et l’équité dans nos écoles. Plutôt que d’imposer aux parties il doit pouvoir les écouter, leur proposer et les accompagner dans des démarches constructives.

En rendant l’initiative aux établissements, en soutenant les associations locales qui s’impliquent dans les projets éducatifs et les activités périscolaires, en facilitant l’accès à la culture dans nos territoires, l’État doit contribuer à les rendre plus homogènes tout en conservant les spécificités qui font leurs richesses et leurs atouts.

Selon vous, l’enseignement privé devrait-il être soumis à des règles pour accueillir des élèves d’une plus grande diversité sociale et scolaire ? Si oui, comment ? Sinon, pourquoi ?

La bataille pour l’excellence scolaire que veut engager le gouvernement, et que je soutiendrai si je suis élue, ne peut se permettre de pointer du doigt les établissements privés sous contrats.

Les querelles entre école publique et école privée ne sont plus d’actualité à l’heure ou l’avenir de nos enfants est en jeu. C’est ensemble et sur les différents territoires qu’il nous faudra trouver des solutions.

C’est ensemble et sur les différents territoires qu’il nous faudra trouver les passerelles qui permettront un accompagnement complémentaire plutôt que concurrentiel tout en conservant la liberté de choix pour chacun d’entre nous.

Quelle priorité accorderez-vous à ces problématiques dans votre action au sein de l’Assemblée nationale ?

Lors de ma profession de foi en tant que candidate comme à chacune des différentes réunions publiques auxquelles j’ai pu participer, j’ai réaffirmé mon engagement pour garantir la réussite et l’excellence de chacun à l’école en faisant de l’éducation l’une des quatre priorités de mon mandat si je suis élue.

Quelles actions envisagez-vous ?

Je m’engage à soutenir les objectifs proposés par Emmanuel Macron durant sa campagne et réaffirmés et précisés par Jean-Michel Blanquer le 7 juin dernier. A savoir :
– Donner la priorité à l’apprentissage des fondamentaux “lire, écrire, compter” dans le pré-scolaire, en maternelle et au primaire afin que plus aucun élève ne puisse rentrer au collège sans ces prérequis indispensables à la réussite de son cursus scolaire.
– Renforcer l’accompagnement et les dispositifs d’orientation au collège et au lycée. Notamment par un suivi personnalisé de chaque élevé qui permettra de mettre en place un soutien spécifique lorsque cela sera nécessaire.
– Garantir à chaque jeune Français une insertion professionnelle réussie en développant notamment les périodes de préapprentissage, et les filières en alternance dans tous les lycées professionnels et en affectant l’ensemble de la taxe d’apprentissage au financement d’un parcours individualisé.
– Mieux accompagner les enseignants : dès leur entrée dans le métier et durant l’ensemble de leur carrière. En leur proposant des leurs études des formations en alternances et dès leur titularisation une formation annuelle basé sur les problématiques spécifiques qu’il pourra rencontrer dans sa classe.
– Renforcer et encourager l’autonomie des établissements pour favoriser l’adaptation aux besoins de leurs élèves et aux situations locales et stimuler l’innovation.
– Renforcer la relation avec les parents et encourager l’implication de bénévoles et d’associations.

Mais je m’engage également tout au long de mon mandat à travailler régulièrement sur le terrain, dans nos quartiers, avec les différents acteurs du monde associatif dont je suis issue, ainsi qu’avec les collectifs comme « Apprendre ensemble » pour pouvoir porter à l’Assemblée Nationale les propositions dont nous aurons discutés pour permettre à l’École Républicaine de remplir ses objectifs d’excellence pour tous sur tous les territoires.

Les réponses de Danièle Obono à notre questionnaire

Posté le

LES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE DU COLLECTIF APPRENDRE ENSEMBLE
 DE DANIELE OBONO, CANDIDATE DE LA FRANCE INSOUMISE
AUX LÉGISLATIVES DANS LA 17ème CIRCONSCRIPTION

Selon vous, quelles mesures faut-il prendre pour lutter contre la forte ségrégation sociale qui existe dans les établissements scolaires du 18e et du 19e arrondissement ?

Pour lutter efficacement contre la ségrégation scolaire il faut une vision et une stratégie globale pour l’école. A la France insoumise, nous voulons le meilleur pour tou•te•s les élèves : réussite scolaire et professionnelle, plaisir à apprendre, joie à fréquenter l’école, accomplissement individuel. Notre projet pour l’école est en effet inséparable de notre projet de société. Il est profondément égalitaire et se donne les moyens de cette exigence.

Pour lutter contre la ségrégation scolaire les député•e•s de la France insoumise  soumettront une proposition de loi et la création d’un groupe de travail chargé de refondre la carte scolaire à l’horizon 2020. Ce groupe associera les ministères de l’Education nationale, les associations de parents d’élèves, les syndicats enseignants et les collectivités territoriales.

Il comprendra également des représentant•e•s des ministères du logement, des transports, de l’aménagement du territoire ainsi que du commissariat à l’Egalité que nous souhaitons mettre en place pour lutter contre toutes les formes de discriminations, car la ségrégation scolaire trouve ses racines dans l’ensemble des processus de relégation à l’œuvre dans la société. C’est pourquoi lutter efficacement contre ce phénomène, il faut une approche ciblée et transversale.

La nouvelle carte scolaire que nous souhaitons mettre en œuvre intégrera les établissements privés qui jouent un grand rôle dans les mécanismes de contournements scolaires, en particulier dans le 18e arrondissement.

Enfin, nous agirons en soutien aux associations travaillant auprès des parents d’élèves. Car nombre de pratiques d’évitements trouvent leurs sources dans une méconnaissance ou des représentations souvent infondées..

Quel regard portez-vous sur l’expérimentation des secteurs multi-collèges dans le 18è arrt ?

Je partage l’avis de Paul Vannier et Laurent Levard suivant lequel l’expérimentation des secteurs multi-collèges dans le 18e arrondissement peut être vue positivement dès lors qu’elle semble s’inscrire dans la recherche d’une plus grande mixité sociale.

Mais cette expérimentation nous apparaît comme de trop petite portée pour apporter des solutions véritables aux questions qui nous préoccupent. D’abord les périmètres sont trop étroits et mêlent des établissements REP. Ensuite la question du privé – de décisive – est laissée de côté. Enfin, l’objectif de mixité scolaire, et non pas seulement sociale, n’est pas pris en compte.

En tant que députée j’agirai donc à d’autres échelles et de façon globale pour parvenir véritablement à davantage de mixité.

Dans les territoires où l’évitement crée une ségrégation inacceptable, l’État pourrait imposer aux parties concernées d’agir. Qu’en pensez-vous ?

Le rôle de l’Etat est de garantir l’égalité de traitement et d’accès de tou•te•s les élèves quel que soit l’établissement qu’ils fréquentent.  Au delà des dispositifs législatifs que décris précédemment, l’Etat peut intervenir en amont en formant les personnels de direction à une meilleure information des familles. En aval, il doit lutter contre les pratiques telles les fausses domiciliations. Enfin et surtout, l’Etat doit mobiliser ses moyens pour restaurer la qualité du service public d’éducation, en lui allouant les ressources nécessaires à la satisfaction des besoins éducatifs de tou•te•s les élèves.

Selon vous, l’enseignement privé devrait-il être soumis à des règles pour accueillir des élèves d’une plus grande diversité sociale et scolaire ? Si oui, comment ? Sinon, pourquoi ?

L’enseignement privé jouit aujourd’hui d’un financement public très important, de l’ordre de 10 milliards d’euros par an. Si notre objectif de moyen terme est la mise en oeuvre du principe « fonds publics à l’école publique », nous proposons de conditionner immédiatement le financement public du privé à l’intégration par ce dernier de l’ensemble des règles auxquelles est astreinte l’école publique. L’intégration à la carte scolaire sera la première de ces règles.

A l’Assemblée nationale, le groupe « France insoumise » demandera la constitution d’une commission d’enquête parlementaire s’intéressant aux financements des établissements scolaires privés ou aux liens entre le ministère de l’Education nationale et les grandes entreprises privées du pays.

Quelle priorité accorderez-vous à ces problématiques dans votre action au sein de l’Assemblée nationale ?

En tant que députée de la France insoumise, j’en défendrai le programme « l’Avenir en commun » dans son intégralité et notamment les propositions relatives à l’école et à la lutte contre les discriminations, dont j’ai assuré le suivi en tant que coordinatrice des livrets thématiques sur ces différents sujets.
Quelles actions envisagez-vous ?

Il faut surtout et avant tout redonner les moyens à l’Education nationale de remplir l’ensemble de ses missions de service public. L’école de la République doit pouvoir, sur tout le territoire, s’affirmer comme un espace de coopération et d’échanges et non de concurrence et de compétition. Creuset du peuple en formation, elle doit devenir le lieu de l’éducation à l’intérêt général où l’individu se prépare à l’exercice d’une citoyenneté enrichie de nouveaux droits.

Garantissant l’égalité des conditions d’accès et d’apprentissage, l’école participe du combat contre les inégalités. Pour cela, les député•e•s de la France insoumise entendent réaliser un ensemble de mesures, outre celles déjà citées.
–    Adopter une loi d’orientation pour l’école pour abroger la réforme du collège de gouvernement Valls ainsi que tous les dispositifs qui balkanisent l’école : décret Peillon, réforme du collège, réforme Chatel, régionalisation de la carte de l’enseignement professionnel…
–    Abroger la réforme des rythmes scolaires et garantir l’égal accès de tou•te•s les élèves du 1er degré à des enseignements artistiques et sportifs gratuits, dispensés par des personnels recrutés sur concours
–    Restaurer le cadre national des diplômes, programmes, statuts et horaires ; étendre la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans en adaptant les pédagogies et les parcours scolaires
–    Recruter de 60 000 enseignant•e•s supplémentaires d’ici la fin de la mandature ainsi que du personnel de vie scolaire (assistant•e•s d’éducation, conseiller•e•s d’orientation, infirmier•e•s…).
–    Généraliser la gratuité (des cantines, du transport, des sorties scolaires, des manuels et de matériels sans marques, des équipements et fournitures dans la voie professionnelle) et garantir la mixité
–    Ouvrir dans les lycées des périphéries urbaines, rurales et d’Outre-mer des options rares réparties sur plusieurs classes et 200 classes préparatoires en liaison avec l’université ; bonifier les bacheliers L et ES dans le cadre de la procédure d’affectation post-bac dans certaines filières sous tension ; favoriser les jumelages d’établissements (urbains/ruraux, montagnards/littoraux, métropolitains/outre-mer) et développer les échanges entre classes visant à élargir l’horizon social et culturel des élèves
–    Mettre en œuvre une politique de l’éducation prioritaire répondant aux besoins éducatifs : réduire massivement les effectifs par classe (20 élèves maximum en maternelle, primaire, collège, lycée professionnel et technologique, 25 en lycée général ; deux enseignants par classe en maternelle et primaire) ; harmoniser par le haut les dispositifs des établissements de l’éducation prioritaire pour parvenir à un label commun à tous les établissements ; viser la stabilisation des équipes pédagogiques.